Créer un jardin d'oiseaux

Pourquoi créer un jardin pour les oiseaux?

Aujourd'hui, certaines activités humaines (destruction des haies, arrachage des arbres, utilisation des pesticides...) réduisent de plus en plus les territoires des oiseaux. Ces derniers ne trouvant plus ni haies, ni bosquets, ni vieux troncs pour nicher, leur population régresse. Vous pouvez dès à présent tenter d'inverser cette tendance en offrant le gîte et le couvert aux oiseaux. Ils vous remercieront de leurs chants, vous débarrasseront des insectes indésirables.

Il faut savoir que les oiseaux sont attirés par certaines plantes non pas pour leur silhouette, mais parce qu'elles contiennent les fruits et les insectes nécessaires à leur développement et leur servent de refuge contre les prédateurs et pour la nidification.

Quelles variétés planter?

Si vous disposez d'un grand jardin, préférez les grands arbres, les haies d'arbustes et d'arbrisseaux, les pelouses ainsi qu'un espace de mauvaises herbes. Pour un petit jardin, plantez y des arbustes à végétation dense et basse. Plantez des espèces propres à votre région.

Les grands arbres sont très importants pour les oiseaux grimpeurs comme la sittelle, le grimpereau des jardins, le pic. Si vous possédez un vieil arbre, gardez-le. Il sera vite colonisé par les insectes, et il pourra servir de lieu de nidification aux pics et mésanges. Choisissez un arbre donnant beaucoup de fruits, faisant vivre beaucoup d'insectes comme ici le pommier.

Liste des grands arbres :

Frêne commun (Fraxinus excelsior)

Durant l'hiver ses samares sont une nourriture appréciée.

Hêtre (Fagus sylvatica)

Il produit des faînes prisées de nombreuses espèces.

Chêne (Quercus robur, Quercus petraea)

C'est un arbre riche en fruits et en insectes. Il offre de nombreux sites de nidification.

Charme (Carpinus betulus)

Il fournit des graines au verdier.

Les haies d'arbustes et d'arbrisseaux

ils fournissent des abris, des baies et insectes durant l'hiver. Plantez et taillez vos haies avant la fin mars pour éviter de déranger les oiseaux durant la nidification.

Aulne glutineux (Alnus glutinosa)

C'est un arbre qui pousse dans les zones humides. Il est riche en insectes. De nombreux oiseaux, comme les pics, mésanges, Grimpereaux des arbres, fauvettes, Sizerins flammés, Tarins des aulnes se nourrissent des ses fruits durant l'hiver.

Peuplier tremble (Populus tremula)

Il est riche en insectes. C'est un arbre apprécié des mésanges et fauvettes.

Bouleau (Betula pendula)

C'est l'arbre préféré des oiseaux. Il leur fournit des graines et des insectes. Les Sizerins flammés se nourrissent au printemps de ses chatons. C'est un lieu de nidification pour les pics et les Mésanges boréales.

Sureau noir (Sambucus nigra)

Les fleurs du Sureau noir attirent de nombreux insectes. En automne, les oiseaux mangent ses baies.

Noisetier commun (Corylus avellana)

Au printemps, il attire les oiseaux comme la Mésange bleue. En hiver, la Sittelle torchepot apprécie tout comme l'écureuil ses noisettes. Il est riche en insectes.

Aubépine (Crataegus monogyna - Crataegus oxycanthoides)

C'est un arbre excellent pour les haies. Il attire de nombreux insectes. Ces épines éloignent bon nombre de prédateurs et c'est pour cela que l'aubépine est un formidable site de nidification.

Mélèze (Larix decidua )

C'est un arbre qui produit beaucoup de graines.

Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia)

Abondante production de baies en automne.

Cerisier sauvage ou Merisier (Prunus avium)

Bon site de nidification. Les oiseaux mangent ses fruits en été.

Saule pleureur (Salix caprea)

Il produit de nombreuses graines en automne appréciées des mésanges, Roitelets huppés, fauvettes.

Houx (Ilex aquifolium)

Il offre de nombreux sites de nidification. De nombreux insectes y vivent. Il offre en hiver de grandes quantités de baies rouges.

Génévrier (Juniper communis)

Les oiseaux apprécient ses fruits. Bon site de nidification. Nombreux abris.

Cyprès de Lawson (Chamaecyparis Lawsoniana)

C'est une plante qui convient aux petits jardins. C'est un bon site de nidification pour les espèces d'oiseaux telles que l'Accenteur mouchet, les grives et les chardonnerets.

Les pelouses permettent à certains oiseaux comme la grive, le merle, la bergeronnette, l'étourneau de trouver leur nourriture (vers de terre, larves, petits insectes). Une pelouse mal entretenue permettra aux pissenlits et aux trèfles de pousser. Une pelouse bien entretenue servira d'aire de parade aux pigeons. La pelouse peut être aussi un site d'observation.

Les parterres de fleurs

Les oiseaux insectivores (Accenteur mouchet, rougegorge, merle) fréquentent les parterres de fleurs.

Certains oiseaux comme les chardonnerets, les verdiers et les mésanges apprécient les graines de tournesol (riche en graisse). Cultivez des tournesols et récupérez y les graines pour nourrir les oiseaux durant l'hiver.

Les mauvaises herbes

Si votre jardin est suffisamment vaste, laissez y un endroit retourner à la vie sauvage : laissez pousser les mauvaises herbes. (pissenlit, cardère, ortie, trèfle). Les orties attirent les papillons et les cardères, les chardonnerets.

Le pissenlit, le chardon et le trèfle, une fois montés en graines, attireront les chardonnerets et les verdiers. Les papillons déposeront leurs oeufs sur les feuilles d'ortie. Les graines du cerfeuil sauvage seront appréciés par les verdiers. Les ronces permettront aux oiseaux de nicher et leurs fleurs leur fourniront de nombreux insectes. Les mûres régaleront les merles noirs et les grives.

Les plantes grimpantes sont idéales pour la nidification et pour se cacher des prédateurs.

Liste des plantes grimpantes :

Chèvrefeuille : Il fournit des sites de nidification à de nombreux oiseaux.

Lierre: Il est totalement inoffensif. C'est une plante de premier choix. Ses baies sont mangées par les merles, les pigeons. Le lierre offre aussi un site de nidification pour les pinsons et les rougegorges.

Laurier: C'est un arbre à feuillage persistant qui permet de nourrir les merles et les grives à l'automne.

Rhododendron : C'est un arbuste à feuillage persistant. Il protège les oiseaux, comme par exemple les merles noirs


Vers le haut

QUELQUES FAITS SUR LES VERS DE TERRE:

Les vers perçoivent les vibrations dans le sol.

Les vers respirent par leur peau.

Les vers sont bisexuels (sont mâles et femelles et les deux peuvent pondre des oeufs).

Les vers n’aiment pas la lumière et les endroits secs.

Chaque jour les vers mangent l’équivalent de leur masse (3 à 4 grammes).

Certains vers de terre ont jusqu’à 200 anneaux sur leur corps

Les galeries des vers de terre, une voie privilégiée pour les racines !

Geneviève Blain étudiante en agronomie

Les vers de terre sont de vrais petits mineurs. Tout comme eux, ils creusent de longues galeries souterraines qui améliorent la porosité du sol et le drainage. Les vers de terre y laissent également du matériel en tapissant les tunnels avec leurs excréments.

Les racines des plantes utilisent les galeries des vers. Elles s’y glissent aisément et comme elles n’ont pas d’effort important à faire, elles peuvent aller plus loin dans le profil du sol. Les racines peuvent aussi utiliser les excréments des vers qui sont très riches en éléments nutritifs. Elles ont tendance à former de fines radicelles partout où elles rencontrent des petits tortillons d’excréments.

Les vers de terre creusent de longues galeries et les tapissent de phosphore et de potassium.

On comprend maintenant pourquoi les racines préfèrent croître dans les galeries creusées par les vers. Elles y trouvent une voie déjà toute tracée et de la nourriture en quantité suffisante. Le sol qui a été ingéré par les vers de terre et qui tapisse les galeries, possède un taux de phosphore et de potassium plus disponible pour la plante.

Les racines des plantes glissent aisément dans les galeries.

Lorsque nous travaillons le sol, nous tuons une partie des vers de terre et détruisons surtout leurs galeries. Lorsque nous réduisons ou éliminons le travail du sol, nous épargnons d’abord des vies et laissons beaucoup plus de résidus de culture à la surface. Ces résidus protègent le sol contre l’érosion et constituent la nourriture des vers.

Les racines vont plus profondément quand elles peuvent emprunter des galeries de vers de terre.

 

Tout sur les vers de terre: sur le site ci-dessous simulium.bio.uottawa.ca/bio2525/Notes/Les_Annelides.htm


Vers le haut

Les hérissons

Description:

Le hérisson est de grande taille pour un Insectivore. Son corps est massif, sans cou ; la tête est néanmoins assez bien distincte du corps. Le museau est pointu. Les oreilles sont nettement visibles, courtes et arrondies. Les yeux sont assez petits.

Le dessus du corps est recouvert de piquants (au moins 5000 chez l'adulte), jaunâtres à la base et à l'extrémité, brun foncé au milieu. Les poils de la tête et du ventre sont de couleur brunâtre ou jaunâtre. Le pelage ventral est clairsemé. Les sujets du sud de l'Europe ont une coloration générale claire.

Les doigts sont munis de griffes. Les jeunes ont des piquants clairs implantés dans la peau rosée qui transparaît. La femelle a cinq paires de mamelles.

Dimensions:

Longueur de la tête et du corps : 22-28 cm. Longueur de la queue : 2-3,5 cm .

Longueur du pied postérieur : 38-48 mm. Longueur de l’oreille : 20-31 mm.

Poids : 450-1200-1400 g.

Espèces semblables : Hérissons d'Europe orientale et d'Algérie.

Répartition:

Son territoire s’étend sur l’Europe occidentale et centrale jusqu'à l'ouest de la Pologne. On en voit ici et là en Europe du nord. Dans l'est, son aire de répartition chevauche celle du hérisson d’Europe orientale (Erinaceus concolor).

En France, on le trouve partout y compris en Corse. Il manque sur les îles d’Ouessant et d’Yeu.

Belgique, Luxembourg, Suisse.

Habitat:

On le trouve dans les forêts sèches, riches en sous-bois (surtout celles de feuillus), les buissons, les lisières, les haies, les bocages, les jardins, les parcs, les prairies. Dans les Alpes, on en voit jusqu'à 2000 m. Il dort souvent dans les granges.

Biologie:

Il est actif au crépuscule et la nuit. En automne, on le voit aussi le jour. Il est peu sociable. Son domaine vital s’étend sur 1040 ha (Grande-Bretagne). Il court vite, grimpe avec agilité et nage bien. En présence d'un danger, il s'immobilise et se roule en boule, c'est pourquoi il est si souvent écrasé sur les routes. Son nid est assez grand, plat et installé dans une dépression du sol, dans un terrier, sous d'épais buissons épineux, dans un tas de compost ou sous des feuilles mortes. Les matériaux (mousse, herbes, feuilles, fougères) sont transportés dans la gueule. Il hibeme d'octobre à avril dans un nid volumineux et bien rembourré, mais se réveille provisoirement si le temps se radoucit et va manger. Son cœur bat normalement à 180 battements par minute, à seulement 20/minute lorsqu’il hiberne (température abaissée à + 5-7°)

Nourriture:

Il mange des vers de terre, des mollusques (escargots, limaces, …), des insectes, des cloportes, des araignées, des mille-pattes, des oeufs d'oiseaux terrestres; des petits vertébrés (musaraignes, souriceaux), de jeunes oiseaux, des lézards, des serpents, des grenouilles; des charognes. Il apprécie aussi des baies et des fruits sucrés.

Reproduction:

La reproduction a lieu d'avril à août. La gestation dure de 35 à 40 jours. La femelle donne vie à 1-2 portées de 2-10 petits (4-5 en général). Les jeunes naissent aveugles, les piquants mous. Ils ouvrent les yeux à 1418 jours. Ils sont allaités de 18 à 20 jours. Ils s'émancipent à 40-60 jours. Ils peuvent souvent se reproduire l'année de leur naissance.

Longévité: 8-10 ans.

Voix: Le hérisson émet des ronflements, des bruits de baiser, des cris aigus, des stridulations.

Prédateurs: Le hibou grand-duc, le blaireau, le renard, le putois, le loup, l’ours brun