Effet de l’incorporation de micro-organismes dans le substrat

Le choix du substrat est primordial pour mener à bien une culture car sa composition influe grandement sur le développement et la qualité des plantes. Depuis plusieurs années, le substrat tend à devenir stérile pour limiter les diverses infections telluriques (phytophtora…) potentiellement présentes. L’objectif est maintenant de ramener de la vie bénéfique dans ce substrat, de le biotiser. Pour cela, divers micro-organismes existent parmi lesquels les bactéries et les champignons antagonistes.

Stimulateurs de Défenses Naturelles et rouille du chrysanthème

La rouille blanche du chrysanthème est due à un champignon : Puccinia horiana. Elle affecte entre autres les productions horticoles et est par ailleurs classée organisme de quarantaine A2. Sa capacité de résistance aux produits chimiques seuls s’avère très problématique. Il devient donc urgent de trouver des solutions efficaces.

Effet des stimulateurs racinaires

Le système racinaire constitue l’un des organes indispensables de la plante. Grâce à lui, le végétal puise l’eau et les éléments nutritifs nécessaires à son fonctionnement. Il conditionne de même le développement de la partie aérienne et donc la valeur commerciale (cf. figure 1). Enfin, il semble que stimuler la croissance racinaire permette aussi une meilleure résistance des plantes aux ravageurs et maladies. Ceci permettrait alors de diminuer l’apport en produits phytosanitaires sur les cultures.

Filtres lumineux et régulation de la croissance

En condition de culture les plantes sont élevées à des densités importantes. Elles luttent entre elles afin de bénéficier d’un maximum d’ensoleillement; c’est le syndrome de l’évitement de l’ombre. Celui-ci se traduit par un certain nombre de réactions à l’absorption de lumière rouge et extrême rouge, à savoir notamment l’allongement des tiges au détriment de la fabrication de feuilles, l’inhibition de la ramification et l’accélération de la floraison.

Intérêt des extraits de plantes fermentés

Le plan Ecophyto 2018 intègre la diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires. De nouveaux intrants doivent donc voir le jour. L’une des pistes de recherche consiste à évaluer l’intérêt des extraits de plantes fermentés actuellement homologués en tant qu’engrais foliaires. Il s’agit donc non seulement de comparer l’effet de ces produits sur le développement des plantes mais aussi leur possible bénéfice en protection des cultures. Parmi les plus connus se trouve évidemment le purin d’ortie. Toutefois, d’autres plantes ou mélange ont aussi du potentiel.

Effet des champignons mycorhiziens

Afin de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires en production de pépinière, des méthodes alternatives sont possibles. L’une d’elles, pratiquée en foresterie, peut aussi s’adapter en culture en conteneur. Elle nécessite l’introduction de micro-organismes dans le substrat : les mycorhizes.

Effet des stimulateurs racinaires

Le système racinaire constitue l’un des organes indispensables de la plante. Grâce à lui, le végétal puise l’eau et les éléments nutritifs nécessaires à son fonctionnement. Il conditionne de même le développement de la partie aérienne et donc la valeur commerciale (cf. figure 1). Enfin, il semble que stimuler la croissance racinaire permette aussi une meilleure résistance des plantes aux ravageurs et maladies. Ceci permettrait alors de diminuer l’apport en produits phytosanitaires sur les cultures.

Effet de l’incorporation de micro-organismes dans le substrat

Le choix du substrat est primordial pour mener à bien une culture car sa composition influe grandement sur le développement et la qualité des plantes. Depuis plusieurs années, le substrat tend à devenir stérile pour limiter les diverses infections telluriques (phytophtora…) potentiellement présentes. L’objectif est maintenant de ramener de la vie bénéfique dans ce substrat, de le biotiser. Pour cela, divers micro-organismes existent parmi lesquels les bactéries et les champignons antagonistes.

Intérêt des extraits de plantes fermentés

Le plan Ecophyto 2018 intègre la diminution de l’utilisation des produits phytosanitaires. De nouveaux intrants doivent donc voir le jour. L’une des pistes de recherche consiste à évaluer l’intérêt des extraits de plantes fermentés actuellement homologués en tant qu’engrais foliaires. Il s’agit donc non seulement de comparer l’effet de ces produits sur le développement des plantes mais aussi leur possible bénéfice en protection des cultures. Parmi les plus connus se trouve évidemment le purin d’ortie. Toutefois, d’autres plantes ou mélange ont aussi du potentiel.

Lutte biologique contre les hannetons

Le hanneton, aussi appelé vers blanc, est responsable de nombreuses pertes de production en pépinière de pleine terre comme en hors-sol. L’efficacité aléatoire des produits phytosanitaires et la nécessité de réduire leur utilisation ont conduit à rechercher des méthodes de lutte biologique.

Lutte biologique contre les otiorhynques

Les otiorhynques sont des ravageurs très importants en pépinière, qu’elle soit de pleine terre ou hors-sol. Nuisible principalement au stade larve, leur gestion est primordiale pour les producteurs. Les différents produits phytosanitaires homologués ne sont pas sélectifs des auxiliaires. Ils détruisent ainsi aussi bien les otiorhynques que leurs prédateurs naturels avec une efficacité variable. La recherche de méthodes de lutte biologique permet de réduire cet impact tout en luttant efficacement contre les otiorhynques.

L’utilisation des mulchs et paillages

Objectif
Le désherbage représente l’une des principales causes d’utilisation des intrants en pépinière. Ainsi, limiter l’usage de désherbants constitue un enjeu de premier ordre correspondant parfaitement au plan Ecophyto 2018.
Le développement des adventices peut gravement nuire à la culture. Plusieurs raisons à cela : un confinement favorable aux maladies et ravageurs, un manque de lumière ou encore une compétition pour les éléments nutritifs et l’eau. Le paillage ou mulch permet de limiter les interventions d’entretien que ce soit en désherbage ou en arrosage.